APPELS ET ACTIONS DE SIPIC DANS LA FERMETE ET DANS LE CALME

Les affrontements ne sont pas nécessairement physiques et violents. Ils ne débouchent pas non plus automatiquement sur des mensonges et de la mauvaise foi.

SIPIC ne prône ni la casse ni le saccage. L’association est respectueuse et, nous insistons, INTELLIGENTE

Nous ne doutons pas que dans l’entrepôt des services techniques de la sanef existe tout un arsenal de matériels en réparation. Nous ne doutons pas que nous retrouvions facilement depuis des années, avant même la création de SIPIC, un compte maintenance de la comptabilité de la sanef. Nous suggérons à cette entreprise de procéder à cet entretien sans pour autant en imputer une quelconque responsabilité au comportement de SIPIC, comportement soit dit en passant irréprochable.

SIPIC A DE LA TENUE ET DE L’HONNEUR

Les membres et sympathisants de SIPIC ont également bonne mémoire. Ils se souviennent que la sanef fait feu de tout bois pour préserver ses gains, en utilisant, par exemple, son personnel contre la juste revendication de la population, personnel qui a fondu comme peau de chagrin puisqu’elle l’a licencié ensuite, après de bons et loyaux services, pour le remplacer par des caisses automatiques.

Dans cette histoire d’iniquité, SIPIC présente les protagonistes de l’histoire :

  • Le propriétaire: la population ou le peuple (« … ensemble des humains vivant en société sur un territoire déterminé et qui sont liés par un certain nombre …d’institutions communes »…)
  • Le gestionnaire: l’Etat («… forme d’organisation que la société utilise pour s’orienter et se gérer… »)
  • L’exploitant: la sanef (« …qui exploite commercialement… ». Attention « … Au fig. et péj. « Personne qui tire un profit abusif de quelque chose ou de quelqu’un »

La charrue avant les bœufs a fonctionné avec acceptation de la population tant que celle-ci vivait dans l’opulence et le choix. Il fut un temps où pour traverser la moitié du département, les automobilistes empruntaient la route nationale et consentaient à perdre un peu de temps pour éviter les péages.

A l’heure actuelle, ces mêmes automobilistes sont confrontés à des routes devenues départementales, jalonnées par des limitations de vitesse, des ralentisseurs, des ronds-points giratoires et une multiplication de fréquentation qui imposent temps et dangers. L’évolution du transport routier a changé. Il serait temps que l’évolution des institutions se fasse en tenant compte de la vie et des contingences réclamées à la population tant socialement qu’économiquement.

Enfin, nous soulignons que l’actualité est aux allergies et que :

Qui s’y frotte, SIPIC !

IMG_0010

Publicités

Une 3ème audition en gendarmerie pour Laurent KLEINHENTZ

Suite à la participation de SIPIC à la levée des barrières de péage de Saint-Avold qui s’est déroulée le 01 avril dernier de 15 h à 16 h, Laurent KLEINHENTZ, membre de la Suppression Intelligente des Péages à l’Initiative des Citoyens (SIPIC), s’est vu signifier une nouvelle convocation pour audition à la gendarmerie de Farébersviller, commune dont il est le 1er magistrat.

Cette audition fait suite aux 2 précédentes menées, elles, par l’escadron de gendarmerie de l’autoroute. Elles sont issues de dépôt de plainte de la sanef.

Le président de SIPIC, Umit YILDIRIM, a été convoqué lui-aussi par les gendarmes à l’occasion d’une manifestation de l’association. L’intimidation et le harcèlement n’auront aucune prise sur la détermination de SIPIC et l’association sera présente aux côtés de tous ceux qui seraient inquiétés.

Elle défend son territoire qui souffre économiquement et socialement, sans violence ni dégradation. La volonté de SIPIC est de requérir une attention particulière à une situation particulière. L’institution n’a pas à pressurer la population en dépit du bon sens.

Les citoyens sont propriétaires de cette autoroute et son gestionnaire ne doit pas accorder à un concessionnaire le moindre droit d’octroi ou droit de passage dans l’iniquité et l’indifférence des difficultés de son bénéficiaire initial et ultime.

Nous vous livrons la déclaration de Laurent KLEINHENTZ en réponse à cette convocation ci-dessous:

Audition en gendarmerie de Farébersviller.

Jeudi 11 mai 2017

Je considère que je suis, Laurent KLEINHENTZ, victime de discrimination, d’intimidation et de harcèlement de la part de la Sanef et je porte plainte à mon tour:

  • Pourquoi moi?

En tant que membre comme tout autre membre de l’association SIPIC, je suis auditionné pour la 3ème fois, cette fois-ci par la gendarmerie de Farébersviller, et précédemment deux fois par l’escadron de l’autoroute. Pourquoi moi? Je ne suis pas l’instigateur de cette opération. Je pense que la Sanef se trompe d’adversaire et de cible. Elle en fait une affaire personnelle et dépose plainte contre un individu.

Son analyse de la question est visiblement erronée en l’espèce. En tant que Maire, Premier Magistrat d’une Ville, et Conseiller Départemental, il est vrai que je fais intrinsèquement partie des représentants qualifiés et légitimes de la collectivité dans sa globalité républicaine pour agir dans l’intérêt collectif. Cela ne peut donc être ma personne qui est en cause. De plus, je ne suis pas détenteur qualifié d’un pouvoir quelconque dans la direction des opérations de SIPIC.

En fait, la démarche de la Sanef est une erreur car notre action est menée par un ensemble d’élus territoriaux et locaux ainsi que par de simples citoyens dont je fais simplement partie. C’est une action collective et politique qui interpelle en réalité l’Etat et son administration dans l’organisation des Services publics. Dans cette affaire, la Sanef n’est qu’un exploitant, un commerçant sous contrat de concession-exploitation d’un bien public appartenant à la collectivité publique qui en conserve entièrement la charge, le bénéfice et la responsabilité, d’où d’ailleurs la présence des gendarmes de l’autoroute qui sont bien l’expression de l’autorité de l’Etat.

En ce sens donc, le seul partenaire que la Sanef puisse techniquement interpeller est l’Etat, son partenaire contractuel, afin de lui demander de faire en sorte que les termes du contrat soient respectés pour lui permettre de poursuivre sereinement son exploitation. La Ville de Farébersviller n’a aucun contrat avec la Sanef et encore moins son Maire en qualité de personne civile. Il appartient donc à l’Etat, gestionnaire administratif, de prendre les contacts nécessaires avec les élus concernés, non sur le plan de la justice civile mais sur celui de l’une ou l’autre juridiction démocratique et républicaine lorsque la Sanef l’aura saisie à ce sujet, action qui relèverait plutôt du Droit constitutionnel.

Il se trouve que SIPIC est désormais une association, que le mouvement qu’elle officialise est largement et populairement suivi et que le « devoir de désobéissance » s’impose aux élus de proximité face aux circonstances économiques et sociales, à l’équité de traitement entre les citoyens. L’enjeu est désormais d’amener l’Etat autour de la table comme le Préfet me l’a promis.

 

  • Une camisole de 7 péages

Par ailleurs, je considère que la Sanef fait à son tour preuve de discrimination envers la population est-mosellane par la ceinture des sept péages qu’elle a mise en place, une camisole de force unique en son genre! Le péage de Far, situé entre les deux barrières de Saint-Avold et de Loupershouse, constitue le piège par excellence. Où qu’il se tourne, le travailleur l’empruntant met la main au porte-monnaie!

D’aucuns m’accuseront de vouloir privilégier la zone de BEST, mais cela fait 20 ans que je me bats contre cette mainmise rentable alors que l’autoroute qui a plus de 40 ans d’existence a été largement financée par nos impôts de l’époque. Il suffit de lire l’article de la Semaine pour se convaincre qu’Auchan trouvera tôt ou tard une parade financière au prix du péage et au vu de cette prévention envers ses futurs clients, je pourrais m’en satisfaire et rentrer dans les rangs. Non et non, je persiste avec SIPIC dans ma détermination  pour introduire une loi d’exception à l’Assemblée Nationale afin de nous exonérer comme les Rhétais de cet abus manifeste.

C’est un manque flagrant d’équité en matière de transport par rapport au reste du territoire mosellan pour qui les A31 et A 320 sont gratuites.

 

  • Un empêchement au développement économique et un frein social

Ce coût du péage cause un préjudice important non seulement aux habitants de Moselle-Est plombée par l’après-charbon mais aussi et surtout défavorise les investisseurs potentiels du secteur qui préfèrent émigrer ailleurs vu que les péages constituent un frein à notre développement économique.

Et ces inégalités sociales et territoriales constituent une menace pour la cohésion sociale d’après le rapport du CESER Lorraine 2014. Les chiffres suivants le prouvent:

Taux de chômage 4ème trimestre 2016 : Forbach 13.1 % / 10.1 % par rapport à la Moselle.

Part des ménages sous le seuil de pauvreté 2011 : 20 % Forbach / 18% Moselle.

Les territoires qui continuent de gagner de la population sont les zones d’emploi autour du Sillon Lorrain et à proximité du Luxembourg. Le Luxembourg reste un acteur majeur de la recomposition économique et démographique de la Lorraine.

 

La Suppression Intelligente des Péages à l’Initiative des Citoyens réclame l’arrêt des 7 péages pour les Mosellans de l’EST pour :

  • L’EQUITE sur le territoire lorrain et alsacien
  • LE SOUTIEN de l’Etat en faveur de notre contrée saignée
  • L’ASSISTANCE des institutions pour un redéploiement économique
  • LE JUSTE RETOUR DES IMPOTS ET TAXES versés par la population lors de la construction de l’A 4 pour un juste retour de bénéfices à la population avant le PROFIT de celui des financiers et concessionnaires.

Le combat que je mène en liaison avec SIPIC, c’est l’instauration d’une carte gratuite pour notre population, à l’instar de ce qui se pratique pour les résidents de l’île de Ré, quitte à augmenter les tarifs du trafic national et international. Je ne doute pas un instant des possibilités qui font partie de la panoplie financière et économique de la Sanef sans que la société ne soit amenée à  amoindrir son bénéfice. Je ne cherche pas à nuire aux intérêts de la Sanef, mais à  rendre les péages plus équitables car nous sommes dans une situation économique difficile. J’en appelle à la raison et à la solidarité de la Sanef.

RECETTE DE POISON D’AVRIL DES PEAGES AUTOROUTIERS

Choisir une population fraîche qui contribue à faire l’Etat

L’enfumer et lui saler son espace

La saupoudrer d’impôts et de taxes

Alterner les couches avec des demandes d’effort et d’acceptation

 

Parsemer d’arêtes de ci de là

(…chômage, mobilité, guichets uniques…)

Poser un mouchoir sur le pot

Oublier le tout quelques décennies

 

Quand la disette se fait sentir

Dégraisser le plat

En retirer tous les sucs

(mettre ceux-ci de côté pour un repas festif d’actionnaires)

Mijoter le tout à court-bouillon

 

Vous obtiendrez LE mille-feuille de « poison d’avril concessionné » indigeste qui contribuera à affamer tout en faisant passer la pilule.

Accompagnez ce met avec une eau minérale lambda, achetée sur une aire d’autoroute, à trois fois le prix du carburant.

SIPIC VOUS SOUHAITE BON APPETIT !

 

CONVOCATION A L’ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DE SIPIC

L’Assemblée Générale de SIPIC se tiendra le :

Jeudi 09 mars 2017 à 18h30  

au Centre François Rabelais à FAREBERSVILLER

Le bilan moral de SIPIC pour l’année écoulée est joint à la présente convocation.

Cette assemblée générale ordinaire a pour ordre du jour les points suivants :

  • Présentation du bilan moral
  • Présentation du bilan financier
  • Stratégie des actions futures
  • Elections par tiers du conseil d’administration

Lire le rapport moral du Président

Mot du Président

photo mot du président

Madame, Monsieur,

Chers SIPICiennes et SIPICiens,

 Partager une idée et une volonté pour le bénéfice du plus grand nombre est un contentement et un objectif qui, dans notre association, nous animent tous. Les personnes et leurs élus ont créé S.I.P.I.C. (Suppression Intelligente des Péages à l’Initiative des Citoyens) dans le but de faire respecter l’équité des citoyens de la région face au péage autoroutier, de faire valoir nos intérêts financiers dans l’utilisation d’une autoroute déjà payée et rentabilisée. Cette association est la vôtre et nous appelons votre adhésion.

Nous partageons un territoire qui a connu le plein emploi, l’opulence et qui a évolué vers la désindustrialisation, le chômage en nombre. Si au comble de l’activité professionnelle, notre région nous a apporté des facilités auxquelles nous avons largement contribué, il faut bien nous rendre à l’évidence qu’aujourd’hui, le développement économique du territoire pose bien des problèmes. La gestion du travail et du chômage pousse la population sur la route voire sur l’autoroute et que le paiement de celle-ci pénalise encore un peu plus les utilisateurs, la population toute entière.

Le Bassin Houiller nous a rassemblés par l’activité. Aujourd’hui, son ombre nous pousse hors ses limites pour notre survie. Il n’est pas acceptable que nos obstacles soient additionnés d’une entrave assénée par l’Etat qui déshumanise sa gestion et qui pourtant n’existe que par nous.

Pour un habitant de Moselle-Est, trouver un travail à Metz ou aux alentours représente un investissement de minimum 9 € 40 par jour et si le conseil départemental accepte de participer à cette charge, cela est assujetti de restrictions et de conditions. Sur le mois, à raison de 20 jours, le montant du péage s’élève à 188 € !

Nous pensons aux étudiants, aux demandeurs d’emploi, aux salariés mais aussi aux artisans, professions libérales qui sillonnent l’intérieur du territoire et qui sont amenés à payer plusieurs fois les « PAYAGES » dans une et même journée.

Nous rappelons ici le principe de gratuité de l’autoroute, inscrite au code de la voirie et nous ne doutons pas de la compétence des technocrates, conseillers, juristes … pour trouver une solution à l’inégalité et à la surcharge financière imposée à une population déjà lourdement frappée.

SIPIC est née par et pour nous. Plus nous serons nombreux et plus notre voix portera.

BIENVENUE !

Umit YILDIRIM

Président de SIPIC

 

Bulletin d’adhésion à S.I.P.I.C.

Mme / M NOM___________________________ PRENOM __________________

Date de naissance__________________________________________________

Adresse__________________________________________________________

Code postal_________________VILLE__________________________________

N°de téléphone __/__/__/__/__

E-mail___________________________________________________________

Date d’adhésion__/__/2016

Votre activité : _____________________________________________________

Montant d’adhésion :   5 €          Mode de paiement: O Espèces              O Chèque

Durée de l’adhésion : valable jusque fin décembre 2017

En adhérant à SIPIC, je m’engage à respecter ses statuts et son règlement intérieur mis à ma disposition au siège de l’association SIPIC 23 C rue Léopold DURAND 57500 SAINT AVOLD

Fait le__/__/2016

A____________________________________

Signature du Président                                                      Signature de l’adhérent