Une 3ème audition en gendarmerie pour Laurent KLEINHENTZ

Suite à la participation de SIPIC à la levée des barrières de péage de Saint-Avold qui s’est déroulée le 01 avril dernier de 15 h à 16 h, Laurent KLEINHENTZ, membre de la Suppression Intelligente des Péages à l’Initiative des Citoyens (SIPIC), s’est vu signifier une nouvelle convocation pour audition à la gendarmerie de Farébersviller, commune dont il est le 1er magistrat.

Cette audition fait suite aux 2 précédentes menées, elles, par l’escadron de gendarmerie de l’autoroute. Elles sont issues de dépôt de plainte de la sanef.

Le président de SIPIC, Umit YILDIRIM, a été convoqué lui-aussi par les gendarmes à l’occasion d’une manifestation de l’association. L’intimidation et le harcèlement n’auront aucune prise sur la détermination de SIPIC et l’association sera présente aux côtés de tous ceux qui seraient inquiétés.

Elle défend son territoire qui souffre économiquement et socialement, sans violence ni dégradation. La volonté de SIPIC est de requérir une attention particulière à une situation particulière. L’institution n’a pas à pressurer la population en dépit du bon sens.

Les citoyens sont propriétaires de cette autoroute et son gestionnaire ne doit pas accorder à un concessionnaire le moindre droit d’octroi ou droit de passage dans l’iniquité et l’indifférence des difficultés de son bénéficiaire initial et ultime.

Nous vous livrons la déclaration de Laurent KLEINHENTZ en réponse à cette convocation ci-dessous:

Audition en gendarmerie de Farébersviller.

Jeudi 11 mai 2017

Je considère que je suis, Laurent KLEINHENTZ, victime de discrimination, d’intimidation et de harcèlement de la part de la Sanef et je porte plainte à mon tour:

  • Pourquoi moi?

En tant que membre comme tout autre membre de l’association SIPIC, je suis auditionné pour la 3ème fois, cette fois-ci par la gendarmerie de Farébersviller, et précédemment deux fois par l’escadron de l’autoroute. Pourquoi moi? Je ne suis pas l’instigateur de cette opération. Je pense que la Sanef se trompe d’adversaire et de cible. Elle en fait une affaire personnelle et dépose plainte contre un individu.

Son analyse de la question est visiblement erronée en l’espèce. En tant que Maire, Premier Magistrat d’une Ville, et Conseiller Départemental, il est vrai que je fais intrinsèquement partie des représentants qualifiés et légitimes de la collectivité dans sa globalité républicaine pour agir dans l’intérêt collectif. Cela ne peut donc être ma personne qui est en cause. De plus, je ne suis pas détenteur qualifié d’un pouvoir quelconque dans la direction des opérations de SIPIC.

En fait, la démarche de la Sanef est une erreur car notre action est menée par un ensemble d’élus territoriaux et locaux ainsi que par de simples citoyens dont je fais simplement partie. C’est une action collective et politique qui interpelle en réalité l’Etat et son administration dans l’organisation des Services publics. Dans cette affaire, la Sanef n’est qu’un exploitant, un commerçant sous contrat de concession-exploitation d’un bien public appartenant à la collectivité publique qui en conserve entièrement la charge, le bénéfice et la responsabilité, d’où d’ailleurs la présence des gendarmes de l’autoroute qui sont bien l’expression de l’autorité de l’Etat.

En ce sens donc, le seul partenaire que la Sanef puisse techniquement interpeller est l’Etat, son partenaire contractuel, afin de lui demander de faire en sorte que les termes du contrat soient respectés pour lui permettre de poursuivre sereinement son exploitation. La Ville de Farébersviller n’a aucun contrat avec la Sanef et encore moins son Maire en qualité de personne civile. Il appartient donc à l’Etat, gestionnaire administratif, de prendre les contacts nécessaires avec les élus concernés, non sur le plan de la justice civile mais sur celui de l’une ou l’autre juridiction démocratique et républicaine lorsque la Sanef l’aura saisie à ce sujet, action qui relèverait plutôt du Droit constitutionnel.

Il se trouve que SIPIC est désormais une association, que le mouvement qu’elle officialise est largement et populairement suivi et que le « devoir de désobéissance » s’impose aux élus de proximité face aux circonstances économiques et sociales, à l’équité de traitement entre les citoyens. L’enjeu est désormais d’amener l’Etat autour de la table comme le Préfet me l’a promis.

 

  • Une camisole de 7 péages

Par ailleurs, je considère que la Sanef fait à son tour preuve de discrimination envers la population est-mosellane par la ceinture des sept péages qu’elle a mise en place, une camisole de force unique en son genre! Le péage de Far, situé entre les deux barrières de Saint-Avold et de Loupershouse, constitue le piège par excellence. Où qu’il se tourne, le travailleur l’empruntant met la main au porte-monnaie!

D’aucuns m’accuseront de vouloir privilégier la zone de BEST, mais cela fait 20 ans que je me bats contre cette mainmise rentable alors que l’autoroute qui a plus de 40 ans d’existence a été largement financée par nos impôts de l’époque. Il suffit de lire l’article de la Semaine pour se convaincre qu’Auchan trouvera tôt ou tard une parade financière au prix du péage et au vu de cette prévention envers ses futurs clients, je pourrais m’en satisfaire et rentrer dans les rangs. Non et non, je persiste avec SIPIC dans ma détermination  pour introduire une loi d’exception à l’Assemblée Nationale afin de nous exonérer comme les Rhétais de cet abus manifeste.

C’est un manque flagrant d’équité en matière de transport par rapport au reste du territoire mosellan pour qui les A31 et A 320 sont gratuites.

 

  • Un empêchement au développement économique et un frein social

Ce coût du péage cause un préjudice important non seulement aux habitants de Moselle-Est plombée par l’après-charbon mais aussi et surtout défavorise les investisseurs potentiels du secteur qui préfèrent émigrer ailleurs vu que les péages constituent un frein à notre développement économique.

Et ces inégalités sociales et territoriales constituent une menace pour la cohésion sociale d’après le rapport du CESER Lorraine 2014. Les chiffres suivants le prouvent:

Taux de chômage 4ème trimestre 2016 : Forbach 13.1 % / 10.1 % par rapport à la Moselle.

Part des ménages sous le seuil de pauvreté 2011 : 20 % Forbach / 18% Moselle.

Les territoires qui continuent de gagner de la population sont les zones d’emploi autour du Sillon Lorrain et à proximité du Luxembourg. Le Luxembourg reste un acteur majeur de la recomposition économique et démographique de la Lorraine.

 

La Suppression Intelligente des Péages à l’Initiative des Citoyens réclame l’arrêt des 7 péages pour les Mosellans de l’EST pour :

  • L’EQUITE sur le territoire lorrain et alsacien
  • LE SOUTIEN de l’Etat en faveur de notre contrée saignée
  • L’ASSISTANCE des institutions pour un redéploiement économique
  • LE JUSTE RETOUR DES IMPOTS ET TAXES versés par la population lors de la construction de l’A 4 pour un juste retour de bénéfices à la population avant le PROFIT de celui des financiers et concessionnaires.

Le combat que je mène en liaison avec SIPIC, c’est l’instauration d’une carte gratuite pour notre population, à l’instar de ce qui se pratique pour les résidents de l’île de Ré, quitte à augmenter les tarifs du trafic national et international. Je ne doute pas un instant des possibilités qui font partie de la panoplie financière et économique de la Sanef sans que la société ne soit amenée à  amoindrir son bénéfice. Je ne cherche pas à nuire aux intérêts de la Sanef, mais à  rendre les péages plus équitables car nous sommes dans une situation économique difficile. J’en appelle à la raison et à la solidarité de la Sanef.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s