S.I.P.I.C. !

Communiqués de Presse

8-art-sipic-rl-030317

LA ROUTEPéage : la Sanef va dévoiler une nouvelle offre baptisée Pass Saint-Avold

Suite au tollé suscité par l’arrêt de Fréquence Moselle, une aide financière aux abonnés du péage autoroutier de Saint-Avold, la Sanef, gestionnaire de l’A4, va dévoiler une nouvelle offre commerciale baptisée Pass Saint-Avold.

  • VU 8339 FOIS
  • LE 03/03/2017 À 11:18
  • MIS À JOUR À 16:37
L’offre Fréquence Moselle a été supprimée au péage de Saint-Avold sur l’A4, suscitant la colère des usagers. La Sanef va tenter de mettre fin à la polémique avec une nouvelle offre commerciale qui sera dévoilée la semaine prochaine.  Photo Thierry SANCHISL’offre Fréquence Moselle a été supprimée au péage de Saint-Avold sur l’A4, suscitant la colère des usagers. La Sanef va tenter de mettre fin à la polémique avec une nouvelle offre commerciale qui sera dévoilée la semaine prochaine. Photo Thierry SANCHISPhoto HD

La semaine prochaine, la Sanef, société concessionnaire de l’autoroute A4, va dévoiler une nouvelle offre commerciale pour les habitués de la barrière de péage de Saint-Avold. Cette offre a déjà un nom : Pass Saint-Avold.

Faire oublier Fréquence Moselle

Les responsables de la Sanef n’en révèlent pas davantage pour l’instant.

Néanmoins, le gestionnaire de l’A4 ne cache qu’il agit d’une décision prise en réaction au tollé suscité par l’arrêt de l’offre Fréquence Moselle.

Fréquence Moselle était une offre permettant une remise de 50 % au péage sur les trajets domicile-travail en faveur des Mosellans, essentiellement de l’Est du département. Or, le président du conseil départemental de la Moselle, qui finançait en partie cette offre, a décidé de son arrêt au 1er janvier 2017. La Sanef, l’autre financeur, confirmait cette disparition de Fréquence Moselle dans la foulée.

Pétition en ligne avec plus de 2 600 signatures

La colère des automobilistes abonnés à Fréquence Moselle a explosé immédiatement envers le concessionnaire et le Département. Dans la presse et sur les réseaux sociaux, les appels au boycott de l’A4 se sont multipliés. Des automobilistes ont émis l’idée d’aller manifester leur mécontentement lors de la prochaine séance plénière du conseil départemental.

Une pétition mise en ligne par un habitant de Freyming-Merlebach pour réclamer la suppression du péage de Saint-Avold rencontre également un immense succès. A ce jour, elle recense plus de 2 600 signatures.

Face à cette fronde, la Sanef tente donc de trouver une parade. Reste à savoir ce que comporte réellement l’offre Pass Saint-Avold.

Les usagers de l’A4 seront fixés en début de semaine prochaine. La Sanef ne devra pas les décevoir. L’association Sipic qui milite pour la suppression intelligente des péages surveillera de près ce que dira la Sanef. L’association tiendra d’ailleurs son assemblée générale le jeudi 9 mars prochain à Farébersviller.

Stéphane MAZZUCOTELLI.


Art RL Réu publ 3 juin 16

com de presse 16mai2016

 

article 2 mai 2016 RL

Article du Républicain Lorrain du 03 mai 2016


RL1

FRO dans RL 19 déc 2015

 

Réponses à François-Régis OLIVIER _ SANEF

 « Lettre ouverte » d’une citoyenne adhérente à SIPIC à Monsieur François-Régis OLIVIER suite à son interview dans la presse locale (R.L. du 19 décembre 2015)

Monsieur,

J’ai été amenée à lire votre message paru dans le journal quotidien et comme vous y parlez des élus au suffrage universel qui prennent fait et cause pour la population dont je fais partie, je me sens en droit de vous répondre.

Les élus qui causent des soucis à la SANEF ont le plus grand respect de tous, y compris des salariés de cette entreprise. Ils avaient également le plus grand respect pour ses ex salariés remplacés par des caisses automatiques et qui ont permis à cette même entreprise de transformer le «petit » péage de nuit gratuit en péage automatisé payant permanant pour une meilleure rentabilité.

J’ai bien du mal à entendre une entreprise qui utilise 400 salariés comme otages face à la menace du non-emploi, tout en câlinant son chiffre d’affaire (permettez moi de l’arrondir à 1 milliard 400 millions d’euros) qui ne cesse d’enfler sur le dos de la collectivité.

Par contre, j’entends bien que vous n’entendez pas. Gratuité de péage ne veut pas dire gratuité de l’autoroute. Les citoyens savent parfaitement qu’une voie se construit et qu’elle s’entretient avec des moyens. Les impôts et taxes servent entre autres à cela. Je rappelle que c’est la gratuité des péages pour les résidants qui est demandée. La SANEF exploite une propriété qui n’est pas la sienne. Votre fin de non-recevoir n’est que l’illustration de votre non-compétence. Il est clair que ce ne sont pas les entreprises autoroutières qui lâcheront la moindre parcelle de gain et, comme nous non plus, « c’est une longue histoire d’amour qui commence ! ».

Lorsque la SANEF a sollicité la concession, il y a peu, personne ne l’y a forcé, hormis sa direction qui en a vu l’aspect juteux. Et si le contrat qu’elle a signé prévoit un cahier des charges, c’est la moindre des choses. Vous ne voudriez tout de même pas empocher le péage et les à côtés, type vente d’eau dont le prix au litre est très nettement supérieur à celui des carburants, juste parce que… ? Vous parlez d’équilibres financiers ? Cela tombe bien, les usagers et résidants aussi !

Enfin, si ABERTIS, propriétaire de la SANEF, prend un risque avec 400 employés qui développent un chiffre d’affaire lui permettant un bénéfice de 655 M €, je lui suggère d’abandonner toute exploitation des autoroutes de l’Est de la France, de retourner en Catalogne et de se lancer dans l’aventure des péages en Espagne, là où la population sait scander avec conviction et à bon escient : « hijo de puta ! »

Respectueusement,

TWP


 

l-ami-hebdo_21férvier2016


DISCRIMATION, on n’a plus que ce mot à la bouche à la Sanef !

Ben oui, tiens, parlons-en de la DISCRIMINATION que vivent au quotidien les usagers est-mosellans qui empruntent l’A4 ! Par rapport aux Mosellans de l’Ouest, où sont l’équité territoriale en matière de circulation intra-départementale et l’accès à la solidarité collective en matière d’EGALITÉ des Droits de l’Homme ?

Lors de l’opération coup de poing du 27 septembre 2002, sur la photo du RL de l’époque, étaient présents les sénateurs Jean-Marc Todeschini et Jean-Louis Masson, le député Pierre Lang et tous les maires du canton de Freyming-Merlebach.

Offusqués, des employés offusqués de la Sanef  prétendaient alors que les élus volaient leur emploi. Le maire de Guenviller, Raymond Trunkwald, avait aussitôt rétorqué: « Et vous, cela fait des années que vous volez les Mosellans! »

Parlons justement des employés! Combien en reste-t-il 13 ans après ce lever des barrières? 400 collaborateurs sur l’axe Paris-Reims-Metz-Strasbourg ! alors qu’il y avait 3 X plus d’agents la décennie précédente ! Que sont-ils devenus? Evaporés ou du moins mis en préretraite et le comble, payés à 50% par les deniers de l’Etat selon le magazine Marianne ! A l’époque, les péagistes avaient pleuré la crainte de leur perte d’emploi. A l’heure actuelle, on les compte sur le bout des doigts aux grandes barrières de Loupershouse ou de Saint-Avold.

Parlons maintenant des 655 millions de monnaie sonnante et trébuchante évoqués par son directeur! Oui, vous lisez bien: »655 millions d’euros de bénéfice pour refaire 77 km de macadam en 2015 et rafistoler quelques ponts depuis 2007″ réagit le responsable des autoroutes Alsace-Lorraine. A la Sanef, l’hôpital se moque de la charité !

Si l’on tient compte du bénéfice dégagé chaque année grâce à une ristourne nette de 20-24% sur un ticket de passage, on peut déduire que le retour sur investissement du groupe Abertis-Sanef sera rapidement bouclé, bien avant 2031, croyez-moi. Autrement dit, sur 1 euro de frais de péage, 20 à 24 centimes vont dans l’escarcelle des actionnaires. Sait-on aussi qu’il existe une niche fiscale pour les sociétés d’autoroute? Il suffit pour elles de défalquer de leurs bénéfices leur annuité de remboursement avant paiement d’impôt ! Encore du manque à gagner pour l’Etat  et que d’autres contribuables moins richement lotis décaissent pleinement.

D’autant plus que le gouvernement de droite en 2005 qui aurait pu, à l’époque, négocier la concession de l’autoroute à 21 milliards l’a trop rapidement bradée à 14 milliards! Un scandale TAPI  là-dessous  qu’un juge pénaliste pourrait remettre en question par les temps qui courent. L’opinion publique n’a-t-elle pas son mot à dire sur ces bidouillages qui accordent des traités de concession signés avec un certain laxisme, sans vraie clause de revoyure, comme lorsqu’on achète un chat dans un sac sans en vérifier le contenu.

Les associations de consommateurs devraient être plus attentives sur le fait que les trajets réalisés sur les portions de l’A 4 en Moselle sont en moyenne 20 % plus chers que sur  le reste du réseau A 4 lequel est à son tour plus cher en €/km que l’ensemble du réseau de la SANEF pris dans sa moyenne !!!!!

La hausse des tarifs appliquée à nouveau et sans état d’âme le 1er février 2016 par la Sanef sous prétexte de modernisation, de charges d’exploitation et d’investissements sur l’A 4 illustre bien l’incohérence de ces majorations additionnelles portant sur des tarifs qu’elle applique à la bonne franquette sur son réseau routier, au grand dam des pouvoirs publics.

Par ailleurs, un avocat spécialisé en droit public axé sur les concessions autoroutières et leurs avenants pourrait examiner la validité de cession de ces péages et pointer du doigt les caractères contestables de l’indexation abusive appliquée sur l’inflation, en réalité devenue pratiquement récession cette année.

Il n’y a pas de petits profits: en 12 ans la Sanef a rehaussé de 7 %  son TKM, le tarif kilomètre moyen, en majorant à sa manière les tarifs moins chers de la section Metz-Strasbourg alors que ces autoroutes déjà anciennes auraient dû évoluer à la baisse ! La nôtre a 40 ans.

De la Cour des Comptes en passant par l’autorité de la concurrence et le Sénat, tous mettent en lumière l’augmentation abusive des chiffres d’affaires et des bénéfices desdites sociétés.

Il devient donc urgent de mieux pouvoir encadrer les dividendes répartis.

« Marianne via Ségolène, remettez de l’ordre dans la boutique ! »

Enfin, je tenais à remercier les élus locaux qui se sont mis en avant et qui continueront de se mobiliser sur le terrain légitime des revendications formulées. Leur présence active justifie cette nécessité absolue de créer de l’emploi et d’apporter du développement économique à notre zone qui cumule les handicaps :

– le centre de l’ex-bassin houiller est actuellement orphelin du Fonds d’Industrialisation du bassin Houiller, le FIBH ayant disparu alors qu’il avait fait les beaux jours de la reconversion économique de Faulquemont ou de Forbach à l’époque du désengagement des Houillères,

– notre bassin de vie pourra être éligible aux nouveaux objectifs du FEDER pour revitaliser un secteur en crise et qui s’inscrit dans la redynamisation de l’après-charbon,

– plusieurs villes et leurs cités sont inscrites dans le schéma ANRU 2 avec de nombreux quartiers où les potentiels fiscaux sont parmi les plus faibles de toute la Politique de la ville au niveau national.

Enfin quel meilleur signe de ralliement à notre revendication que les 240 signatures provenant d’habitantes et d’habitants de Cappel, les 238 de Henriville, les 175 de Hoste réclamant toutes et tous la légitimité de la gratuité du péage sur l’A4 et qui se rajoutent à la liste de nos supporters !

Les présences, ce samedi 19 décembre 2015, des Conseillers départementaux Claude Bitte et Constant Kieffer, du Maire de Stiring-Wendel Jean-Claude Holtz, du Maire de Tenteling Ralph Klein, de Jean-Christophe Kinnel suppléant du Député Laurent Kalinowski, des Adjoints de Bousbach, de Farschviller et de Théding sans compter comme d’habitude ceux de la communauté de communes de Freyming-Merlebach confortent notre volonté de poursuivre plus que jamais notre mouvement.

Je propose par ailleurs aux 87 adhérents SIPIC et à la grosse centaine de participants de ramener à la prochaine manif, chacun dans leur voiture, 2 ou 3 connaissances pour enfler notre révolte pacifique. L’union fera notre force.

Oui,  grâce à vous, SIPIC risque très vite de prendre des allures de SIRYZA comme un caillou qui ne cesse d’enfler sur l’autoroute A 4.

Au plaisir donc de nous retrouver pour une prochaine action !

KL


1 - Usagers sont passés gratis

5 - 14 000 passages par jour à Loupershouse

4 - Autoroute Metz Freyming 20 ans pas à vendre

 

2 - Rachat des petits péages 30102002 (!)

3 - Courrier des lecteurs RL 29092002

 

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :